Autre

Pas de planète de rechange

FIN DU MONDE (VIII et fin) Plutôt que d’annoncer le pire, les économistes contestataires préfèrent évoquer un autre monde possible. Dans la famille de l’écologie politique, en revanche, la fin de l’espèce humaine n’est pas un sujet tabou.
Jäcklein Rohrbach Auteur Inconnu

Apocalypse ou millénarisme? Pour clore cette série sur la fin du monde, Le Courrier s’est mis en tête de solliciter un économiste de gauche. Las, ou plutôt bonne nouvelle, la plupart des contestataires de l’ordre établi n’ont pas de discours catastrophiste. Ils plaident plutôt pour d’autres rapports sociaux, car l’économie relève d’abord de cette catégorie. En clair: le but de l’exercice est plutôt d’imaginer un autre monde possible, pour reprendre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion