Autre

22 décembre, 00h01

FIN DU MONDE (VI bis) «Impossible d’articuler des chiffres, mais le risque est très élevé qu’à partir du 22 décembre aient lieu des actes désespérés.»
Photo. Bestseller en douze volumes signé Tim LaHaye et Jerry B. Jenkins DR

«Si le paradis ne vient pas à moi, c’est moi qui irai à lui»: c’est ce type de logique que redoute le théologien Georg Schmid pour le 22 décembre, au lendemain de la fin prophétisée par certaines lectures du calendrier maya. «La désillusion sera énorme: pensez à toute la littérature produite à ce sujet, aux milliers de pages internet qui alimentent encore le débat – ou l’espoir d’une autre terre»,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion