Cinéma

Tabula rasa

FIN DU MONDE (II) Art iconique et spectaculaire, le cinéma est le support privilégié des «écofictions», ces films catastrophe qui mettent en scène les divers scénarios de l’Apocalypse.
«2012» de Roland Emmerich (2009). SONY PICTURES

Cyclones gigantesques, pluies de grêlons aux proportions bibliques, raz-de-marée engloutissant les grandes capitales du monde, températures plongeant 150 degrés au-dessous de zéro, surface terrestre recouverte de glace, nous ramenant à des temps immémoriaux… Brusque réchauffement du noyau de la Terre, provoquant un déplacement des plaques tectoniques avec pour conséquence un enchaînement de désastres: éruptions, torrents de lave, séismes, tsunamis… Le cinéaste étasunien d’origine allemande Roland Emmerich est passé maître dans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion