Musique

La Gale, virus rap

MUSIQUE La Lausannoise sort son premier album, mélange corrosif de contestation punk et scansion rythmée. Rencontre avec une rappeuse qui rocke et ne s’en laisse pas conter.
La Gale FANNY RODUIT

La foule est compacte ce samedi soir dans la salle du Théâtre 2.21 à Lausanne, et le froid ne justifie pas à lui seul cette affluence. Sur scène, une silhouette filiforme et néanmoins imposante retient toute l’attention: c’est La Gale (Karine Guignard), rappeuse lausannoise qui présente son premier album. Transcendant les différences, le public est à l’image de l’artiste: éclectique, mêlant punks, amateurs de hip hop et de musiques contestataires

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion