Solidarité

Le Venezuela soigne ses maux en musique

SOCIAL • Après les quartiers populaires, un réseau d’orchestres se développe dans les prisons vénézuéliennes. Reportage auprès des prisonnières de Los Teques.
Marie Judith Latouche a appris le violon à la prison de Los Teques. A sa sortie S. Risso

De hauts grillages surmontés de barbelés, des gardes apathiques à l’entrée. Nous voici au centre pénitencier pour femmes de Los Teques, à une vingtaine de kilomètres de la capitale du Venezuela, Caracas. A l’intérieur, des femmes en survêtement font un jogging, d’autres discutent tranquillement tandis qu’une vendeuse de café passe de groupes en groupe. Des scènes banales dans les prisons vénézuéliennes pourtant connues pour leur violence. La tranquillité apparente est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion