Genève

Deux décennies de politique innovatrice en matière de drogue

RÉDUCTION DES RISQUES • L’apparition du sida a conduit les autorités genevoises à développer une approche pragmatique de la toxicomanie.

En 1991, Genève créait sa première structure de réduction des risques liés aux drogues. Le point avec Pierre-Yves Aubert, président de l’association Première ligne qui chapeaute aujourd’hui le local de consommation Quai 9, le programme d’échange de seringues BIPS ainsi que le projet de prévention en milieu festif «Nuit blanche?». Quel est le contexte dans lequel la politique de réduction des risques s’est développée? Pierre-Yves Aubert: A la fin des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion