Cinéma

Black Movie embrasse les corps malades du cinéma sud-coréen

GENÈVE – Sous l’intitulé «Corée, coups et blessures», le festival met en lumière un cinéma viscéral et fulgurant.
Black Movie embrasse les corps malades du cinéma sud-coréen
«The Housemaid» d’Im Sang-soo DR
Festival Black Movie

Les réalisateurs de Corée du Sud dont les films sont présentés au Festival Black Movie jusqu’à dimanche dressent, avec une profonde sincérité, le portrait d’une humanité désabusée, hantée par des corps asservis, à l’élan stoppé, entre jubilation fiévreuse, déroute existentielle et inadaptation physiologique au milieu dans lequel ils évoluent. Ce sombre portrait est rehaussé par quelques touches burlesques, qui savent dire des trajectoires de corps en sursis, comme en survie

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion