Cinéma

Black Movie: branle-bas filmique au Pays du matin calme

CINÉMA – S’il est une cinématographie étrangère que les Occidentaux convoitent depuis quelques années, c’est bien celle de la Corée du Sud. Prolixe et rentable, elle est l’Eldorado des Européens et l’enfer d’Hollywood. Le festival Black Movie démarré vendredi à Genève en montre quelques joyaux. L’occasion d’un portrait.
Cinéma coréen

.-O. On reste sonnés d’avoir découvert dans un cinéma asiatique sur-balisé par les Occidentaux une cinématographie à part. Importés au compte-goutte jusqu’ici, les films sud-coréens témoignent pourtant d’une radicalité, d’un formalisme et d’une fibre populaire hors du commun. Mais le passé est le passé et l’inexplicable ostracisme dont à été victime la Corée du Sud se voit petit à petit remplacé par une véritable adoration. Libération, Cahiers du cinéma, festivals,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion