BD

Les fantômes d’Eric Drooker

CLASSIQUES L'âme de New York et celle de Frans Masereel, le maître Belge de la gravure sur bois, hantent l'oeuvre du dessinateur étasunien. Ses ouvrages ont enfin traversé l'Atlantique.
Extrait "Blood Song" d'Eric Drooker

Les masques à gaz, la police montée, les chiens féroces, les cataclysmes et les chars d'assaut abondent dans l'oeuvre graphique d'Eric Drooker – auteur de BD doté d'une authentique conscience sociale –, lancés le plus souvent contre des foules de manifestants, des armées d'amazones ou de musiciens. Moins pertinent lorsqu'il s'inspire des affiches de propagande soviétique, le travail de Drooker trouve néanmoins son équilibre sur le fil ténu qui sépare

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion