Solidarité

Guerre des ondes en Somalie

LIBERTÉS – Peu d’informations filtrent sur le conflit somalien déserté par les reporters occidentaux. Depuis trois ans les milices islamistes s’attaquent aux journalistes locaux pour imposer leur idéologie sur les radios.

Journaliste est un des métiers les plus dangereux en Somalie. Mohamed Olad Hassan, 33 ans, correspondant local pour la BBC, peut en attester. En décembre 2009, il a échappé de peu à la mort dans un attentat où trois de ses collègues ont été tués. Malgré le risque permanent, Mohamed Olad Hassan a choisi de rester en Somalie pour témoigner du conflit et des souffrances de son peuple. Son quotidien

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion