Autre

Lausanne déroule le tapis rouge à l’underground

LUFF FESTIVAL – Durant cinq jours, la manifestation convoque les plus obscures et innovantes pratiques visuelles et sonores.

Co-programmateur avec Julien Bodivit du Lausanne Underground Film & Music Festival, Thibault Walter l’affirmait dans ces colonnes l’an dernier: «Au LUFF, la perturbation est partout.» Jusque dans sa communication, très second degré: cette année, elle prend un malin plaisir à faire la pub d’un soi-disant nouveau management team composé de tristes sires nommés John Greed («cupidité»), Kenneth Wrath («courroux») ou encore Samantha Sloth-Friederich (sloth: la «paresse»). Tout en sourires carnassiers,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion