Cinéma

Oliver Stone ne dort jamais

RENCONTRE De retour avec «Wall Street: l'argent ne dort jamais», suite de son film de 1987, l'enfant terrible d'Hollywood n'a pas fini d'en découdre avec les démons de son pays.
Oliver Stone et Fidel Castro DR

Les esprits révoltés qui espèrent un pamphlet contre les responsables de la crise économique bouderont le trop sage Wall Street: l'argent ne dort jamais. Et pourtant, son réalisateur n'a rien perdu de son mordant. Enfant terrible du cinéma hollywoodien des années 1980-1990, Oliver Stone dénonce ces dernières semaines en interview les dérives du capitalisme… tout en précisant l'objectif principal de ses films: «Divertir!» Ses opinions politiques, il les exprime plutôt

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion