Genève

Des photographies cernent l’indicible

DISPARITIONS FORCÉES – Trois photographes argentins montrent la douleur aveugle engendrée par ces crimes. Cette exposition intervient dans le cadre du dixième anniversaire du «Jardin des disparus» à Meyrin.

Trois regards liés par une même obsession: rendre visible l’invisible, l’indicible. Comment raconter en images le drame de la disparition forcée, ce crime doublement odieux, tant l’angoisse est terrible aussi bien pour la personne ravie, à la totale merci de ses bourreaux, que pour sa famille suspendue dans une attente insupportable. Et ce deuil toujours plus impossible à mesure que le temps passe. Dans une exposition poignante qui se déroule

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion