Solidarité

Fusion à bonne distance

LA BÂTIE Poésie sonore, vidéo et kora africaine font cause commune lundi.

Francais, anglais, allemand, espagnol, japonais, mais aussi bamanan, dogon, dioula et bissa d’Afrique de l’Ouest: toutes ces langues servent de matériau à Minimal Distance – Distance minimale, spectacle créé à Genève dans le cadre du Festival de La Bâtie et proposé ce lundi à l’Alhambra. Un brassage de sons, d’idiomes et d’images qui met à contribution une quinzaine de personnes et nécessite, pour l’heure, un effort d’imagination. «C’est une symphonie

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion