Cinéma

Tarantino fait de la résistance

CINÉMA Comédie débridée sur la Seconde Guerre mondiale, «Inglourious Basterds» est fidèle à la réputation de son auteur. Hélas, sans plus.
Tarantino fait de la résistance
Brad Pitt et Christoph Waltz
Quentin Tarantino

Après un Kill Bill boursouflé et un Boulevard de la mort mineur, on attendait Tarantino au tournant. Le sale gosse du cinéma US, dont les deux premiers longs métrages (Reservoir Dogs et Pulp Fiction) ont immédiatement imposé un univers et un style uniques, allait-il passer à la vitesse supérieure ou tourner en rond avec Inglourious Basterds? Cocktail détonnant de «revenge movie» et de farce goguenarde à la Papa Schulz, la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion