Culture

Sacrés caractères

En trente ans, on est passé de l’impression au plomb à l’édition numérique. A Genève, la Maison du patrimoine et des arts graphiques conserve la mémoire des savoir-faire typographiques. Visite guidée.
Sacrés caractères
Yvon Jay devantl'une des trois linotypes qu'il a restaurées. © Le Courrier / J.-P. Di Silvestro
Imprimerie

Les lettres tombent dans le composteur avec un cliquetis argentin à mesure qu’on frappe sur le grand clavier de la linotype. Les caractères s’alignent pour former des mots – les espaces entre eux matérialisés par des barres de métal lisse –, on enfonce et on tire des manettes, la ligne est envoyée plus bas où du plomb fondu est aussitôt injecté dans les matrices creuses. Celles-ci sont alors remontées par

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion