Histoire

Nicolas Sarkozy ou l’usage politique et abusif de la mémoire

SHOAH – Confier la mémoire d’un enfant juif déporté aux élèves de l’école primaire française? Une idée malsaine au plan historique, pédagogique et politique.

Les récentes déclarations du président français Nicolas Sarkozy sur l’enseignement de la Shoah sont tellement inappropriées qu’elles n’auront probablement pas de suites. Du moins peut-on l’espérer. L’idée d’un parrainage d’enfants juifs disparus par des enfants des écoles primaires n’a en effet aucune pertinence pédagogique. En outre, ce recours à un devoir de mémoire figé et tout entier voué à la seule figure des victimes pose beaucoup de questions à ceux

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion