Le Courrier

Le Courrier est en deuil

Didier Estoppey, notre ami et collègue, est parti. Il laisse un immense vide dans nos coeurs. Tes grands éclats de rire, Didier, résonnaient dans le long couloir de la rédaction. Pleins de vie et de chaleur, ils signalaient ta présence. C’était rassurant. On savait alors qu’on aurait une bonne édition le lendemain. Ton rire ne retentira plus dans les bureaux du Courrier. «Bon, je vous abandonne lâchement», avais-tu coutume de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion