Suisse

La déception de Jean-François Bergier

Pendant cinq ans, il a été le centre de beaucoup d’attention. Il ne se passait pratiquement pas une semaine sans que son nom soit mentionné dans les médias, suisses ou internationaux. Mais aujourd’hui, Jean-François Bergier est déçu. Déçu de constater que l’immense travail réalisé par la Commission indépendante d’experts Suisse-Seconde Guerre mondiale qu’il a présidée ait sombré dans une sorte d’oubli de la part des politiques. Il le dit dans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion