Genève

Les associations caritatives: le dernier ressort social?

PRÉCARITÉ – Diminution des barèmes de l’assistance publique, réduction de la durée des occupations temporaires… Autant de réformes qui risquent de barrer l’accès au soutien étatique. Et d’aggraver la surcharge du secteur privé de l’entraide.

Face à une augmentation constante des demandes d’assistance, des associations caritatives tirent la sonnette d’alarme. Hors de question, pour elles, de se substituer à l’Hospice général dont elles n’ont ni les effectifs ni le budget. Cependant, elles se voient de plus en plus sollicitées par les services étatiques et ce, en dépit d’une surcharge générale. Une tendance que les réformes entreprises –l’adoption des nouvelles normes intercantonales[1] en matière d’assistance publique

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion