Scène

Bise Noire, vent d’espoir

Aux larges des côtes existent des projets et des personnes capables de pulvériser le réel et de convoquer de nouvelles modalités du commun. C’est le cas de Bise Noire, voilier de résidences en Méditerranée.­ Récit de deux semaines à bord.
Bise Noire,  vent d’espoir
A bord de Bise Noire, en pleine Méditerranée. LAURENCE WAGNER
Résidence

Palerme, un samedi soir de la mi-octobre, rendez-vous avec Nourya White Khaldi et Lucas Verheij devant une pizzeria de la capitale sicilienne. Il pleut des cordes mais les capitaines et fondateur·trices de la résidence Bise Noire sont dans leur élément et arborent de francs sourires. L’heure est aux rencontres et aux premiers échanges. Guillaume Lepitre et Jonas Fabert (fraîchement diplômés de l’école de théâtre Jacques Lecoq) ont achevé leur résidence

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion