Vaud

Reconnaissance des religions: exigences assouplies

Le canton est revenu en arrière sur la liste des informations que les communautés religieuses devaient fournir lors du processus de reconnaissance publique.
Reconnaissance des religions: exigences assouplies
Dévoiler les noms des fidèles n’était «pas proportionné» ni exigé par le cadre légal, a indiqué la conseillère d’Etat Christelle Luisier, cheffe du Département des institutions et du territoire. KEYSTONE/IMAGE D'ILLUSTRATION
Religions

Le processus de reconnaissance publique des communautés religieuses est en marche et trois d’entre elles ont manifesté leur intérêt. Avant de dire leur incompréhension face aux exigences du canton. Une candidature émane d’un groupe constitué de paroisses anglicanes et catholique-chrétienne, l’autre de l’Union vaudoise des associations musulmanes, la troisième de la Fédération évangélique vaudoise (FEV). La conseillère d’Etat Christelle Luisier, cheffe du Département des institutions et du territoire (DIT), vient

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion