Religions

Trop de pouvoir pour les évêques?

Dans l’Eglise catholique, la concentration des pouvoirs participe à la confusion qui a généré tant d’abus sexuels. Pour Mgr Morerod, un changement s’impose. Un synode s’en mêle.
Trop de pouvoir pour les évêques?
«Nombre de situations ne sont pas faciles à gérer quand tout dépend d’une personne et que l’on est cette personne», admet Mgr Morerod. KEYSTONE
Eglise catholique

La question des abus sexuels a jeté un éclairage nouveau sur la répartition des pouvoirs dans l’Eglise. Des évêques sont ainsi apparus comme juge et «père» à la fois, mêlant autorité et sollicitude. En cause, la concentration des trois pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire dans la personne de l’évêque et du pape. Pour Mgr Morerod, cette concentration «est discutable». L’évêque de Lausanne, Genève et Fribourg appelle à ce qu’elle soit

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion