Scène

Corps et voix pour dire l’inceste

Dans le cadre du festival des Urbaines qui débute demain, la création performative LoveLettersOrNot, de Bastien Hippocrate, brise le silence sur l’inceste.
Corps et voix pour dire l’inceste
Bastien Hippocrate: «LoveLetters­OrNot arrive au bon moment.» BASTIEN HIPPOCRATE
Danse

Danseur à la présence magnétique, le Chaux-de-fonnier Bastien Hippocrate est également chorégraphe, ­comédien et performer. Autodidacte entre 2011 et 2016, avant d’entreprendre un bachelor en danse contemporaine à La Manufacture, il crée des pièces où le corps désarticule et articule les mécanismes des rapports de domination. Avec LoveLettersOrNot, récit autofictionnel, le trentenaire explore ses appartenances sociales et familiales marquées par l’emprisonnement d’un proche et questionne la capacité à ne pas

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion