International

Sur les traces des disparu·es de guerre

Dans la ville de Puerto Berrio, dans le centre-nord de la Colombie, les habitant·es prient devant les tombes anonymes des inconnu·es que la rivière a recraché·es.
Sur les traces des disparu·es de guerre
Le fleuve Magdalena. Un pécheur admet entretenir une relation «amour-haine» avec celui-ci: il est «source de vie» malgré une période «très sombre». Bernard Gagnon/CC4
Colombie

Sur les niches funéraires, un simple et énigmatique acronyme revient sans cesse, peint à la main sur le marbre blanc: NN. «Je ne connais pas le nom» ou Nomen nescio en latin. Dans la ville de Puerto Berrio, dans le centre-nord de la Colombie, ils et elles sont des dizaines à venir prier chaque jour au cimetière La Dolorosa devant ces tombes anonymes. Soixante ans de guerre civile ont fait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion