Genève

Application à deux vitesses de la loi

Deux ans et demi après l’entrée en vigueur de la loi sur la laïcité, l’interdiction du port de signes religieux pour les fonctionnaires et affilié•és n’est pas appliquée partout de la même manière.
Application à deux vitesses de la loi
Dans les Hautes écoles universitaires et spécialisées de Genève, les femmes pourront porter le foulard pendant leurs études. JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Laïcité

Deux ans et demi après son entrée en vigueur, la loi sur laïcité, censée cadrer les relations entre les religions et l’Etat, tout en réaffirmant sa neutralité, ne fait toujours pas l’unanimité. Ses partisan•es, tout comme celles et ceux qui la combattent, regrettent une application insatisfaisante, pour des raisons diamétralement opposées. Malgré l’acceptation du texte par 55% des Genevois•es, les esprits s’étaient particulièrement échauffés sur l’interdiction du port des signes

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion