Genève

Harcèlement: s’estimant lâchée, elle démissionne

Une enseignante démissionne après avoir publié un post dénonçant une agression sexiste subie. Son association professionnelle et le Comité contre le harcèlement sexuel la soutiennent.
1
Sous pseudonyme et non reconnaissable, l’enseignante avait dénoncé sur Facebook l’agression sexiste subie. KEYSTONE
École

C’est «vingt-huit ans d’injonction au silence (…) et de fatalisme», d’insultes et de harcèlement qu’expose avec virulence le post publié par une jeune femme agressée violemment dans la rue. Epinglée par un parent d’élève, cette institutrice vient de démissionner, face au «manque de soutien accordé par l’institution», dénonce le syndicat des enseignants du primaire (SPG) qui lui apporte publiquement son soutien. L’affaire, révélée par la Tribune de Genève fin septembre,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion