Cinéma

L’amitié féminine, force transformatrice

Le ciné-club féministe des Sœurs Lumière revient dès la fin du mois, avec des récits émancipateurs sous le signe de la sororité.
L'amitié féminine, force transformatrice
De la défiance à la solidarité, Adam raconte la naissance d’une amitié entre deux femmes. FILMCOOPI
Genève

Sur l’affiche qui annonce la deuxième saison du ciné-club des Sœurs Lumière, dédiée au thème de la sororité, le titre du film d’ouverture détonne. Le nom «Adam» s’inscrit en lettres capitales au-dessus d’une image où deux femmes semblent se dévisager. Ironie ingénieuse de la part des programmatrices, qui n’hésitent pas à jouer avec les mots et les représentations symboliques pour se les réapproprier? Comme l’explique Léonore Hesse, cofondatrice du ciné­-club,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion