Suisse

La sécession du 1%

Malgré l’explosion des grandes fortunes, l’imposition du capital ne cesse de reculer, détaille l’historien et militant de gauche Jean Batou. L’initiative dite «99%» offre l’occasion d’inverser la tendance.
La sécession du 1% 1
Jean Batou: «Contrairement à ce qu’affirment les adversaires de l’initiative 99%, les prélèvements sur le capital sont comparativement très faibles en Suisse.» KEYSTONE
Votations fédérales

Imposer plus fortement les revenus engendrés par le capital que ceux du travail? Peu de voix s’élèvent pour critiquer le principe de l’initiative dite «99%», principalement contestée en public pour ses modalités d’application et son impact supposé sur la classe moyenne, les PME et l’attractivité de la Suisse. En sous-main, les résistances sont pourtant plus viscérales, assure Jean Batou, professeur honoraire de l’université de Lausanne, spécialiste d’histoire économique contemporaine, et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion