La Ville externalise les contrôles à des sociétés privées

Le Département de la sécurité et des sports s’appuie sur une entreprise  de sécurité privée pour la vérification du pass sanitaire à l’entrée des cinq centres sportifs genevois.
cet article vous est offert par le courrier
Chaque jour Le Courrier vous offre de nouveaux articles à lire. Abonnez-vous pour soutenir un média indépendant et critique.
La Ville externalise les contrôles à des sociétés privées
Des contrôles du pass sanitaire seront effectués par une société de surveillance privée à l'entrée des cinq centres sportifs genevois, comme ici celui de Varembé. KEYSTONE-ARCHIVES

Face à l’urgence de l’entrée en vigueur du pass sanitaire, la Ville de Genève a dû composer avec les moyens du bord. Pour ces deux premiers jours, la mission de contrôle des certificats covid a été confiée au personnel municipal pour les musées et salles de spectacle, nous apprend Félicien Mazzola, porte-parole du Département de la culture et de la transition numérique.

«Pour les bibliothèques, c’est également le cas, mais c’est plus compliqué d’avoir le personnel nécessaire.» L’équipe de direction a notamment dû s’y mettre pour assurer l’accueil des usagers·ères. «Une demande d’offre a donc été faite à l’entreprise Securitas – elle détient le marché public de la Ville –, mais nous n’avons pas encore reçu de proposition.» Les besoins et enjeux sont aussi en cours d’évaluation. Les coûts pour la culture publique restent donc à déterminer.

Du côté du Département de la sécurité et des sports, un partenariat a déjà été conclu avec une entreprise privée – selon nos informations, la société Python Sécurité – pour cinq centres sportifs: Varembé, Queue d’Arve, Bois-des-Frères, Vernets et Bout-du-Monde. «Je vous confirme que le contrôle des pass sanitaires aux entrées a été partiellement externalisé par le Service des sports à une entreprise privée car le personnel des installations concernées ne peut pas assumer seul cette tâche supplémentaire», assure Cédric Waelti, porte-parole du département. Un dispositif qui a un coût: «Sur cette première semaine, 22’000 francs ont été engagés. Le dispositif sera adapté et réévalué chaque semaine.»

Mohamed Musadak

Connexion