Cinéma

Locarno rugit à nouveau

Désormais dirigé par Giona A. Nazzaro, le festival retrouve son rôle de prospecteur du cinéma d’auteur. Avec quelques pépites à la clé, en compétition ou ailleurs.
Locarno rugit À nouveau
Géorgienne formée à la HEAD, Elene Naveriani se distingue avec Wet Sand, en lice dans la section Cinéastes du présent. SISTER DISTRIBUTION
Cinéma

Après une édition ­réduite en 2020, le cinéma a ­repris ses droits à Locarno. Masqué, vacciné ou testé, et manifestement moins nombreux, le ­public aura pu découvrir un programme toujours aussi riche et varié. Pour ce premier festival sous la direction de Giona A. Nazzaro, l’attention se focalise sur la compétition internationale, ­«espace ouvert et inclusif qui entend baliser les nouveaux territoires du septième art». La plupart des films en

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion