International

Ejecté·es de la photo

Ville populaire et charmant port breton, Douarnenez se pare, sous l’impulsion de la mairie, de résidences secondaires et d’aménagements touristiques. Une carte postale dont les locaux se sentent exclus.
Ejecté·es de la photo
La petite ville de Bretagne, héritière d’une longue tradition de la conserve, attire année après année toujours plus de visiteurs et de visiteuses à fort pouvoir d’achat tandis que les habitant·es plus ancien·nes peinent de leur côté à se loger. WIKIMEDIA COMMONS
France

Théo lève le bras et lance tout sourire: «Au bout de la rue, c’est la maison que je viens d’acheter avec ma copine». Puis enchaîne, la bouche un peu plus en travers: «Avec la concurrence des nouveaux arrivants, on a dû acheter sans visiter.» Rien d’étonnant à Douarnenez. Trois ports qui donnent sur la baie du Finistère, un centre-ville charmant où se mêlent rades et ateliers d’artistes, la petite ville

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion