Solidarité

Journalistes condamné·es en série

En trois ans, quatre journalistes marocain·es critiques ont été condamné·es pour des délits de mœurs. Leurs défenseurs et leurs soutiens dénoncent une parodie de justice, destinée à camoufler la censure.
Journalistes condamné·es en série
Le mois de juillet a été cruel pour les journalistes marocains ayant défié le pouvoir; les juges ont à chaque fois retenu contre eux des délits à caractère sexuel. Une pratique qui tend à se répéter. KEYSTONE
Maroc

Cinq ans de prison pour Souleiman Raissouni, six pour Omar Radi. Le mois de juillet a été cruel pour les journalistes marocains ayant défié le pouvoir. Les deux hommes ont un autre point commun: les juges ont à chaque fois retenu contre eux des délits à caractère sexuel. Une pratique qui tend à se répéter. En détention depuis le 22 mai 2020, Souleiman Raissouni, rédacteur en chef du quotidien arabophone Akhbar

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion