Solidarité

Fête nationale sous le signe de la lutte

Tandis que le gouvernement colombien ignore ostensiblement les recommandations de la Commission interaméricaine des droits humains, le mouvement social reprend la rue à l’occasion du 20 juillet.
Fête nationale sous le signe de la lutte
Une danseuse exécute une chorégraphie devant l’hôtel où, en juin, une délégation de la Commission interaméricaine des droits humains a recueilli durant trois jours les témoignages de violences à l’encontre des manifestants. KEYSTONE
Colombie

Ce 20 juillet, la Colombie s’apprête à vivre une fête nationale sous haute tension: d’importantes manifestations convoquées par le Comité national de grève, intégré par tous les grands syndicats, vont se dérouler à travers le pays, notamment à Bogotá. Les jeunes structuré·es en «Premières lignes» au cours des derniers mois vont aussi être présent·es dans la capitale où ils et elles seront rejoint·es par la Minga, soutenue par les organisations

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion