Cinéma

Pour un cinéma de l’attente

Le Festival international du film oriental suit des êtres en proie aux doutes. De l’Iran du Shah avec un cinéma incendié à la Tunisie face aux démons du racisme.
Pour un cinéma de l’attente
Careless Crime, de l’Iranien Shahram Mokri, à voir à Genève au FIFOG et à Lausanne aux Bellevaux. TRIGON-FILM
FIFOG

Souvent existe dans l’attente un conflit latent entre un projet existentiel, personnel ou politique et une inaptitude à l’atteindre dans l’immédiat. Pour Careless Crime, l’Iranien Shahram Mokri s’en fait le sismogra­phe inspiré, tissant une toile arach­néenne tutoyant le fantastique en mode puzzle choral et fugué reliant le passé au présent. Non sans ­évoquer des procédés scénaristiques déployés par Alain Resnais (L’Année dernière à Marienbad), le cinéaste joue du saut temporel

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion