Le mot de la traductrice – Monique Kountangni

Monique Kountangni évoque sa rencontre avec The Armless Maiden de Midori Snyder, dont elle s’est efforcée de transposer en français la trompeuse simplicité et la musicalité.
Le mot de la traductrice - Monique Kountangni

Tout commence par une expérience de vibrations charnelles pour un titre, celui de l’anthologie The Armless Maiden and Other Tales for Childhood’s Survivors, éditée par Terri Windling en 1995. On pourrait ensuite parler d’un véritable coup de foudre pour cette anthologie engagée et construite comme un collage de voix, parmi lesquelles celle de Midori Snyder, qui s’est réapproprié le conte des frères Grimm en le réinterprétant librement, m’a profondément bouleversée.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion