Le mot de la traductrice. Lucie Tardin

Lucie Tardin évoque l’impact qu’a eu sur elle Dove nascono le madri de Virginia Helbling, et comment elle a tenté de restituer en français la délicate mélodie de l’original, sa musicalité si juste.
Le mot de la traductrice. Lucie Tardin

«Automne sec fait de feuilles qui s’effritent et de bogues vides.» La première phrase du roman de Virginia Helbling résume en quelques mots tout ce que ressent la protagoniste de Dove nascono le madri quelques heures après avoir accouché. Un morne automne dans la tête, le ventre vidé de son fruit. Hors de cette chambre d’hôpital où son corps a fait mille prouesses, frôlant les limites du naturel, le vent

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion