Le mot du traducteur. Renato Weber

Reto Hänny crée des labyrinthes textuels qui transforment radicalement l’expérience de la lecture – et, partant, de la traduction. Renato Weber décrypte cette écriture de l’instabilité, mouvante, non linéaire.
Le mot du traducteur - Renato Weber 1
Photo: R. STOJMENOVA

La traduction de Sturz («chute») pose certes les problèmes classiques, qui relèvent des difficultés normales et fréquentes de la traduction littéraire. Telle expression n’a pas d’équivalent exact dans la langue cible, telle autre ne s’insère pas dans le contexte de la prose traduite, soit qu’elle détonne, soit qu’elle fausse le rythme. Dans notre passage, comment rendre un terme comme Türkenribel par exemple (écrit parfois aussi Türggenribel), un met à base

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion