Genève

Ménage brisé à Solidarités

Les partisans d’un «parti populaire de la gauche radicale» ont fait une déclaration unilatérale de séparation, réclamant la moitié de la fortune de Solidarités.
Ménage brisé à Solidarités
Jean Burgermeister et Pablo Cruchon (au 2e rang derrière Olivier Baud) font partie des signataires d'une déclaration unilatérale de séparation du camp qui souhaitait refonder Solidarités de l’intérieur. JPDS
Gauche radicale

Pas encore un divorce mais une «séparation de corps». La scission pressentie depuis de longs mois à Solidarités entre dans le vif du sujet. Le «Groupe de réflexion pour un parti populaire de la gauche radicale» a diffusé lundi un texte aux membres et sympathisants du mouvement coïncidant avec l’élection, lundi soir, de sa coordination, soit son organe exécutif. Signé par les députés Pablo Cruchon et Jean Burgermeister ainsi que

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion