International

Israël, paradoxes d’une instabilité chronique

Mercredi soir, le Parlement israélien s’est une fois encore dissous, provoquant de nouvelles élections prévues en mars prochain.
Israël, paradoxes d’une instabilité chronique
Pour Netanyahou, la porte du départ se rapproche. Toutefois, en l’absence d’alternative crédible, il pourrait encore prolonger l’exercice de survie auquel il est condamné depuis des années. KEYSTONE
Analyse

Mais qui sauvera la démocratie israélienne? Quatre chutes de gouvernement, quatre retours aux urnes en deux ans. Mercredi soir, le Parlement israélien s’est une fois encore dissous, provoquant de nouvelles élections prévues en mars prochain. L’instabilité chronique du pouvoir est devenue systémique: elle fait partie du paysage, sans que personne ou presque ne s’en émeuve. Il faut dire que passer d’ennemi radical à partenaire de gouvernement portait en soi son

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion