Histoire

Les officiers allemands de Mulsanne

Après la Seconde Guerre mondiale, 700’000 militaires du Reich ont été retenus prisonniers en France.
Les officiers allemands de Mulsanne
Les officiers prisonniers originaires de Sigmaringen, au camp de Mulsanne (1946-1947). Hans Ludwig Hepp est assis au centre. ARCHIVES HEPP/CICR/DR
Prisonniers de guerre

En 1945, la France victorieuse manque de bras pour reconstruire le pays. Elle va alors utiliser 700’000 prisonniers allemands comme main-d’œuvre. Selon les Conventions de Genève, les officiers étaient dispensés de travail. Ils étaient en revanche moins bien traités que les soldats envoyés aux champs ou dans les mines. L’un de ces gradés était le beau-père du journaliste Jean-Jacques Fontaine. Emprisonné durant deux ans, ce premier lieutenant a laissé un

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion