Genève

L’hébergement d’urgence mis en CausE

Les coûts de fonctionnement du Collectif d’associations pour l’urgence sociale, devenu un acteur majeur de la lutte contre le «sans-abrisme», soulèvent des interrogations.
1
Un lieu d'hébergement de nuit au Temple de la Fusterie à Genève. Le Courrier / Cédric Vincensini
Genève

Le Collectif d’associations pour l’urgence sociale* (CausE) aurait-il pu mieux dépenser les deniers publics qui lui ont été alloués pour offrir un refuge aux sans-abri? Rallonge de subvention, argent pour l’année dépensé en quatre mois et charges d’exploitation élevées – selon les informations recueillies par Le Courrier, une nuitée en sleep-in coûte presque aussi cher que l’hôtel – interrogent. Alors que le Conseil administratif de la Ville de Genève a

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion