Scène

Lettre à un bébé mal barré

Seule en scène, Audrey Vernon dissèque les rapports de domination et la sixième extinction de masse dans Billion Dollar Baby, à voir au CPO vendredi et samedi à Ouchy. Entretien.
Lettre à un bébé mal barré
«Je consulte aussi la presse libérale, on y apprend un tas de choses intéressantes». DAVID COUTURAT
Théâtre

Ne vous attendez pas à un festival de vannes. Le rire suscité par les saillies d’Audrey Vernon n’offre pas de vrai exutoire; le constat serait même désespérant. N’empêche, on rit (jaune) en abordant la réalité du monde tel qu’il est dans Billion Dollar Baby. Un monologue cruellement lucide sur le capitalisme débridé, le saccage de la planète, les guerres néocoloniales, la tyrannie communicationnelle, la destruction du langage pour façonner l’imaginaire

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion