Cinéma

Nolan nous la fait à l’envers

Le cinéaste démiurge livre Tenet, un film d’espionnage labyrinthique à l’excès, qui égare son public et conforte ses détracteurs.
Nolan nous la fait à l’envers
WARNER BROS
Film

Les exploitants voient leur sauveur en Christopher Nolan. Avec Tenet, le champion du blockbuster d’auteur doit sonner l’heure de la rentrée dans les salles, rameuter grand public et cinéphiles. A défaut du nouveau James Bond (reporté en novembre), le cinéaste américain offre une relecture SF du film d’espionnage sur le modèle établi par Inception et Interstellar. On y retrouve en effet les marottes du réalisateur: dimensions parallèles et ar­guties spatio-temporelles, déployées

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion