International

Multiples condamnations du coup d’Etat

Après la prise du pouvoir par les militaires et la démission forcée du président malien Ibrahim Boubacar Keïta, l’Union africaine condamne le coup d’Etat et exige la libération du président et de ses ministres.
Multiples condamnations du coup d'Etat
Présenté comme le porte-parole des militaires, le colonel-major Ismaël Wagué a déclaré vouloir organiser bientôt des élections générales. KEYSTONE
Mali

Le président de l’Union africaine (UA), le Sud-Africain Cyril Ramaphosa, a condamné mercredi le coup d’Etat des militaires au Mali et exigé la “libération immédiate” du président Ibrahim Boubacar Keïta et de ses ministres. L’UE et Washington lui ont fait écho. Dans un communiqué publié par la présidence sud-africaine, M. Ramaphosa a “condamné le changement inconstitutionnel de gouvernement au Mali” et “exigé la libération immédiate du président, du Premier ministre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion