Société

«Mourir, c’est mon ultime liberté»

A 76 ans, sans souffrir d’une maladie incurable, Jacqueline Jencquel a décidé de se suicider.
«Mourir, c’est mon ultime liberté»
Jacqueline Jencquel: «La société ne devrait plus demander de comptes aux gens du quatrième âge qui décident de mourir.» EDITIONS FAVRE
Fin de vie

Nous sommes le 10 juillet et normalement, Jacqueline Jencquel n’aurait plus que dix jours à vivre. Elle avait choisi la date du 20 juillet 2020, parce qu’elle trouvait que c’était un beau chiffre, parce que ce jour, en 1944, des officiers allemands avaient tenté de tuer ­Hitler, parce qu’elle aurait voulu mourir en été, dans son jardin… Mais Jacqueline Jencquel, 76 ans, que ni la maladie ni la médecine ne

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion