Aînés sacrifiés à Madrid

Le 23 mars, alors que l’Espagne est sous le choc du confinement le plus strict d’Europe et d’une épidémie devenue incontrôlable, des militaires, appelés en renfort pour désinfecter des maisons de retraite, font de terribles découvertes. Dans plusieurs établissements, des pensionnaires agonisent dans la douleur, au milieu de cadavres à l’abandon. L’angoisse d’une hécatombe saisit alors les Espagnols qui depuis deux semaines ne peuvent plus pénétrer les résidences. Beaucoup s’interrogent

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion