Genève

Des syndicats pointent du doigt la Croix-Rouge

L’association a supprimé son service de «nounous à domicile», dénoncé la CCT et licencié trente-cinq personnes. Une partie d’entre elles a été réengagée par Pro Juventute.
Des syndicats pointent du doigt la Croix-Rouge 1
Pour la Croix-Rouge, le programme de «nounous à domicile» s'avérait être un doublon du programme Mary Poppins de Pro Juventute, mais avec cinq fois moins de moyens. ALEXEY M / CC BY_SA 4.0
Emploi

La Croix-Rouge genevoise (CRG) est épinglée par deux syndicats. Le SIT et Unia signalent que l’association a procédé à un «licenciement collectif sans plan social». Et que, de surcroît, elle a dénoncé sa Convention collective de travail (CCT) pour la fin de l’année. «Avec la fermeture du service d’accompagnantes à domicile, ce sont 35 personnes, toutes des femmes en emploi de solidarité, qui sont licenciées», affirme Valérie Buchs, du Syndicat interprofessionnel des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion