Neuchâtel

Les étudiants remettent le couvert climatique

A l’université de Neuchâtel, les militants du climat demandent au canton de s’engager pour que les repas servis respectent des critères de durabilité, en restant financièrement accessibles.
1
«L’Etat doit se donner les moyens de proposer des repas sains et éthiques à un prix abordable. On ne peut sacrifier les plus pauvres sur l’autel de l’écologie», explique Robin Augsburger, représentant de la Grève du climat. KEYSTONE
UniNE

La Grève du climat souhaite un engagement du canton de Neuchâtel en faveur de repas durables. Il y a un an, une pétition soutenue par 24 associations étudiantes demandait une alimentation bio, locale et de saison dans les cafétérias de l’université de Neuchâtel (UniNE), ainsi que davantage de plats végétariens et véganes. Estimant n’avoir été que partiellement entendu, le groupe neuchâtelois de la Grève du climat déposera vendredi une motion

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion