Cinéma

Il était une fois au Swaziland

Des orphelins africains inventent un conte, qui prend vie dans Liyana, un film tiraillé entre documentaire et animation.
Il était une fois au Swaziland
TRIGON-FILM
Animation

Si la plupart des sorties prévues avant le coronavirus ont été reportées, certains films «fragiles» sont exploités directement en VOD. C’est le cas pour Liyana, objet atypique venu du Swaziland. Dans ce petit royaume africain où le sida touche un quart de la population adulte, les cinéastes étasuniens Aaron et Amanda Kopp ont organisé un atelier de création avec de jeunes orphelins. Encadrés par la conteuse sud-africaine Gcina Mhlophe, ils

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion